Le film du siecle la nullité d l'année le coin de la bd l'oeil du collégien
A LA UNE / LES YEUX ROUGES
CINEMA / LES YEUX ROUGES
TELEVISION / LES YEUX ROUGES
DVD / LES YEUX ROUGES
FESTIVALS / LES YEUX ROUGES
WEB / LES YEUX ROUGES
ARCHIVES / LES YEUX ROUGES
Imprimer Envoyer
Aussi distrayant qu'une pétition

EN SALLES  En terre étrangère, Christian Zerbib. Ce documentaire, qui sort en catimini au creux de l'été, milite pour la régularisation des sans-papiers.

cine_enterretrangere1.jpg
Du Sénégal au Niger, le réalisateur est allé à la rencontre des aspirants migrants. ©DR

La terre étrangère dont il est question ici, c’est la France. Et vous aurez du mal à la reconnaître. Fini la terre d’accueil, l’Hexagone est une terre hostile, dangereuse, presque inhumaine, pour des dizaines (des centaines ?) de milliers de personnes. «Nous sommes des humains, pas des animaux, nous avons envie de vivre», lâche, visiblement au bord de l’épuisement, un homme qui se trouve depuis 35 jours dans un centre de rétention.

D'un côté à l'autre de la Méditerrannée, Christian Zerbib se pose la question de l'émigration, de l'immigration. En France, pour un sans-papiers, les conditions de vie sont misérables. Oui mais voilà, c’est quand même mieux «qu’au pays», explique un jeune Sénégalais qui a raté sa traversée vers l’Espagne.



«À l'heure de la mondialisation, ces clandestins jouent le jeu de la circulation, ils se téléportent dans une autre dimension censée les sauver de leur mort lente, de leur destin programmé. Ils sont leur existence en marche, ils sont leur révolution et leur refus, ils sont leur dignité et leur joie de vivre en devenir. Ils se sacrifient pour la famille au sens large et par ce sacrifice ils se libèrent», s’enflamme Christian Zerbib dans sa note d’intention.

Mais En terre étrangère n'est pas tant une illustration de ce sujet déchirant qu'un film «tract», qui porte le discours militant du réalisateur. Au fil du récit, des hommes politiques (le socialiste François Rebsamen, le communiste Patrick Braouezec) ou des acteurs engagés (Emmanuelle Béart, Charles Berling, Josiane Balasko) interviennent pour expliquer ce qu'ils pensent d'une France qui, après avoir tiré profit de ses colonies durant plus d'un siècle, en refuse aujourd'hui les enfants.

D'ailleurs, l'affiche du film, loin de mettre en avant le visage d'un de ces clandestins, égrène les nombreuses «stars» qui prennent la parole dans le film. En terre étrangère a reçu le prix de l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT) au Festival international du film des droits humains (FIFDH) de Genève en mars 2009. Une récompense qui souligne plus l'universalité de son sujet que la qualité de sa mise en scène.

B.M. et M.J.
cine_enterretrangere3.jpg

En terre étrangère, de Christian Zerbib
France, 2009, 76 mn. Ina / Veo2max Films Productions.
Sortie en salles le mercredi 19 août 2009.



cine_enterretrangere2.jpg
CHRISTIAN ZERBIB
Auteur, producteur, scénariste, réalisateur, Christian Zerbib réalise son premier long métrage en 1983: La Fuite en avant, avec Bernard Blier, Michel Bouquet et Laura Betti. En 1994, il tourne Dernier stade, histoire tragique d’une athlète dopée.

Il prépare en ce moment une comédie, Ma religion à moi, avec Abdelatif Kechiche, Charles Berling, Julie Gayet et Nadia Farès, et deux documentaires : Le Monde de nos mères et Les Trompettes de l’apocalypse.




 
 
 

LES YEUX ROUGES